veronica_becce_bunga><<

La maison traditionnelle

Merschweiler (Moselle) une maison traditonnelle
La construction de tout édifice répondait dans les sociétés traditionnelles à des principes et à des règles sacrées. Il s’agissait de vivre en harmonie avec l’Univers. La voûte céleste inspirait les anciens et c’est vers le Soleil levant que devait s’ouvrir la pièce de vie. Nos vieilles maisons régionales témoignent de ces préceptes anciens. 

La disposition et la répartition de leurs principaux volumes conditionnaient la vie. Un long couloir partageait la maison en deux parties. Les portes extérieures correspondaient aux ouvertures solsticiales : au Nord, à la « Porte du Ciel » pour l’ouverture donnant sur le jardin  et  au Sud à la « Porte des Hommes » pour l’entrée principale. L’axe central ainsi tracé séparait la partie habitable  de celle des animaux et de l’exploitation agricole. Les fermettes villageoises ont adopté plus tard  une orientation Nord convenu, afin de répondre aux contraintes de l’urbanisme rural en s’installant au bord des chemins  et permettre  ainsi une sortie plus facile du bétail et des animaux de trai.

Au centre de la maison se trouvait la cuisine où s’élevait une large hotte. Autour de cette pièce s’organisaient les volumes. C’était la pièce maîtresse de la maison, le carrefour de tous les accès aux pièces d’habitation ainsi qu’à l’étage. Sous la hotte, noircie immuablement au fil du temps, se consommait discrètement un feu qui laissait échapper imparfaitement la fumée. Rétrécie à sa naissance, sa largeur occupait une grande partie de la cuisine. Le sol était revêtu d’un dallage en pierres brutes ou en terre cuite, légèrement en pente afin de faciliter l’écoulement de l’eau. Généralement ce revêtement était disposé en damier noir et blanc, symbole des différents états que l’homme doit traverser pour atteindre la lumière.

La Stuff (le séjour)
L’élément pittoresque de cette pièce fut la taque, plaque de fonte ornée de dessins historiés, insérée dans le mur mitoyen entre le feu de l’âtre et la pièce de vie contiguë à laquelle elle communiquait sa chaleur. Cette plaque posée à l’envers présentait le beau côté dans le séjour et représentait généralement des motifs religieux ou les armes des seigneurs locaux ou bien encore une scène mythologique. Les motifs pouvaient être très diversifiés, tels ces deux anguipèdes étrusques relevés à Bech-Kleinmaacher au Luxembourg. C’était au centre même de la maison sous la hotte que l’on retrouvait bien souvent le puits. Les pièces de la maison étaient ainsi disposées selon la structure d’une croix basque ou d’un svastika et elles correspondaient aux quatre stades de l’existence ou du jour, de l’année, de la vie et même du cycle cosmique, analogue aux cités antiques étrusques avec leurs quatre quartiers et son puits central.  L’âtre, mot proche d’ater signifie noir ou noirci par le feu. Il désigne également une ouverture centrale. Proche également d’astre et d’astracum, il signifie: objet en terre cuite. Coïncidence ? 

Selon le dictionnaire Larousse, âtre est proche d’atrium, mot certainement d’origine étrusque, et désigne une partie carrée et centrale de la maison, là où on faisait le feu.
La cheminée, c’est la projection de la lumière dans le noir de la nuit ou en revanche le point sombre, noir, dans la clarté du jour. Un rapprochement avec le Yin et le Yang?  La maison construite autour de la cheminée, comme la montagne cosmique s’est faite autour de sa grotte, elle capte au coeur de l’habitation le rayon du Soleil ou la lueur de la Lune.

Notes et bibliographie
« Un Terrain bas à l’Est et élevé à l’Ouest s’appelle Gothîvi : la voie des Vaches. Ceux qui y habitent prospèrent. » Vastu Shastra – La science de l’habitat en Inde de Joystan K. Nilakanthan – Gothîvi, le chemin de la Lumière.

La maison irlandaise traditionnelle présentait des rapports certains avec la maison traditionnelle mosellane. A propos de la construction des maisons, Édouard Brasey – Enquête sur l’existence des fées et des esprits de la nature. Édition Aventure Secrète, page 164, écrit :
« ….Bien mal inspiré celui qui choisit de construire sur un terrain où viennent les elfes, car le « Petit Peuple » est parfaitement capable de déplacer maison, église, ou même château si son emplacement lui déplaît. Dans des cas, ce genre de problème a été en partie résolu : la nuit on laisse ouvertes les portes de la maison, devant et derrière pour laisser le passage aux esprits. Beaucoup de petites maisons irlandaises, par précaution, ont une porte d’entrée qui fait face à la porte de derrière. »

René Guénon, dans son ouvrage intitulé  Symboles de la Science Sacrée, page 243, à propos de la construction d’un édifice : "Le centre de l’édifice, emplacement de l’axe du monde. Le point dont il s’agit est donc un véritable omphalas (nâdbhih prithivyâh) ; dans de très nombreux cas, c’est là qu’est placé l’autel ou le foyer, suivant qu’il s’agit d’un temple ou d’une maison ; l’autel est d’ailleurs aussi un foyer en réalité, et inversement dans une civilisation traditionnelle, le foyer doit être regardé comme un véritable autel domestique ; Symboliquement, c’est là que s’accomplit la manifestation d’Agni, et nous rappellerons à cet égard ce que nous avons dit de la naissance d’Avatâra au centre de la caverne initiatique, car il est évident que la signification est encore ici la même, l’application seule en étant différente. Quand une ouverture est pratiquée au sommet du dôme, c’est par-là que s’échappe au-dehors la fumée qui s’élève du foyer ; mais ceci encore, bien loin de n’avoir qu’une raison purement utilitaire comme des modernes pourraient se l’imaginer, a au contraire un sens symbolique très profond, que nous examinerons maintenant, en précisant encore la signification exacte de ce sommet du dôme dans les deux ordres macrocosmiques et microcosmiques". 

Mircea Eliade, dans son livre « Le Chamanisme », évoque l’ouverture centrale de la tente du Chaman ou de l’Indien, la cheminée de toute maison en précisant : « … croyance en la possibilité d’une communication directe avec le ciel. Sur le plan macro cosmique, cette communication est figurée par un Axe (Arbre, Montagne, Pilier, etc.…) ; sur le plan microcosmique elle est signifiée par le pilier central de l’habitation ou l’ouverture supérieure de la tente ; ce qui veut dire que toute habitation humaine est projetée dans le Centre du Monde », ou que tout autel, tente ou maison rend possible la rupture de niveau et partant l’ascension au Ciel. »

René Guénon, dans son ouvrage intitulé « Symboles de la Science sacrée », précise à propos de la caverne que l’on pourra comparer à l’âtre, page 211 : « L’éclairage intérieur comme n’étant que le reflet d’une lumière qui pénètre à travers le toit du monde, par la porte solaire, qui est l’œil de la voûte cosmique ou l’ouverture supérieur de la caverne ? Dans l’ordre microcosmique, cette ouverture correspond au Brahama-Randha."

Edouard Brasey – Enquête sur l’existence des fées et des esprits de la nature. Edition Aventure Secrète. « En basse Bretagne, on dit qu’une très vielle fée descendait par la cheminée la veille de la Saint-André (30 Novembre) à minuit précise. Si la ménagère était encore occupée à filer, la fée la grondait et l’envoyait se coucher. D’autres fées empruntaient le même chemin pour venir en réconfort aux malades et aux malheureux, etc….cheminée symbolise tout à la fois le foyer, cœur ardent de la maisonnée, et le lieu de passage d’une réalité à l’autre, de l’ici-bas, à l’au-delà. La cheminée est une ouverture vers le ciel, par où montent les prières et les fumées du feu de bois, et par où descend le père Noël, les fées et les sorcières. Les fées veillent sur les foyers et la naissance des êtres humains, mais également sur leur décès. Elles sont aux sources de la vie et de la mort, et aident les mortels à passer d’une dimension à l’autre, comme elles-mêmes passent par les conduits de cheminées. Les fées sont des divinités du passage du chaos à l’ordre, du non-être à l’être. Elles sont des accoucheuses de monde. Associées aux mythologies de la grande Déesse Mère, elles incarnent la part féminine du Dieu créateur… à mi-chemin entre la terre et le ciel, elles intercèdent en faveur des hommes
 
 

Rez de Chaussée maison traditionnelle
La plan du rez-de-chaussée

Cheminée-Hotte maison mosellane
La hotte passage des fées
Personnages anguipède, taqie de cheminée
Taque de cheminée de la Maison Possen à Bech-Kleinmaacher (Luxembourg)
Schéma d'une ville étrusque
Schéma d'une ville étrusque