Mélusine au Luxembourg

Méhttps://vovatia.wordpress.com/2012/09/03/tales-and-tails/lusine

Dans les gorges du Ruisseau de l'Alzette, au cœur de la vieille ville de Luxembourg, dans le Grund, le promeneur découvrira une chapelle construite dans la falaise patronnée par St Quirin. La légende raconte que la fée Mélusine y serait apparue à Siegfroid de Luxembourg le fondateur du Comté de Luxembourg. En France Mélusine est connue pour avoir été liée à la famille de Lusignan dans le Poitou. Les grandes familles féodales marquaient ainsi leur noblesse et leurs droits de par la grâce divine.

La légende dit : Siegfroid de Yutz Jäitz [1] fondateur du Comté de Luxembourg, le Dimanche des Rameaux en l’an de grâce 969, rencontra dans cette grotte du Grund Mélusine et l’épousa.

Mélusine n’appartient en fait à personne. Elle était la mère des « naissances » selon la mythologie celte, liée à l’eau et à la Lune, principe même de la Matériea Primea, la mère originelle et la Femme féconde. Luxembourg, Lëtzebuerg est connue  pour ses roses, symboliquement proche de la fleur de lys, fleur de la pureté, de vérité et de la vierge. Cette belle ville est placée sous le haut patronage de la Vierge Marie consolatrice des affligés.[2]

Mi-femme, mi-animal aquatique, représentée généralement avec une queue gigantesque de poisson de mer, comparable à celle des sirènes norvégiennes. Parfois, elle est figurée avec une queue de serpent, révélant ainsi sa double nature mercurielle d’ordre spirituel et imaginatif : méditation et imagination. Le Soleil et la Lune représentent justement le double aspect de la lumière. La fée est le ventre des mystères, de l’inconscient et de l’âme. La légende dit encore que la "romantique" fée aurait « hébergé » le prophète Jonas  lors de son naufrage malheureux, séjournant trois jours durant, dans l’obscurité du ventre d'une baleine pour "renaître" et accomplir sa mission de prophète, après avoir été rejeté sur une plage.

Lusignan et Luxembourg, Luzerne, Toulouse[3] etc. sont étymologiquement communes comme bien d’autres villes encore en Europe. « Lus » signifie lumière[4] comme lux en latin, leukos en grec, locki en germanique et Lucetios  le dieu Mars gaulois ainsi que Lug le dieu roi irlandais etc [5]. Mélusine est donc l’initiatrice aux mystères de la lumière! Elle est cette « femme » fatale! Dans ce mot nous retrouvons fatum : le destin. Elle doit garder son secret, sa vérité, que l’homme ne peut pas « comprendre ».
Les fées sont en mesure d’apporter le meilleur ou le pire. Il était dit qu’à certaines périodes on ne pouvait pas s'approcher d'une femme. Il s’agissait d’interdits, des géis notamment fait aux rois celtes, car l’homme pouvait se perdre par l’image qu’il se construisait de la femme et devenait alors le miroir de sa propre imagination au risque de se perdre.
[1] Yutz, Jäitz, est une ville du faubourg de Thionville, Diddenuewen, dans le département de la Moselle en France.
[2] La place, sous laquelle un superbe parking souterrain a été construit fait face aux bâtiments de l’Arbed - Mittal à Luxembourg est l’ancien lieu-dit de Rousegäertchen, c'est-à-dire le jardin des roses.
[3] Toulouse est réputée pour être la ville des violettes, un rapprochement à faire avec Luxembourg la ville des roses.
[4] Le verbe luussen en luxembourgeois signifie à la fois apparaître ( comme le soleil entre les nuages) et jeter un oeil.
[5] Sans oublier Lucifer, le porte lumière.