Partir

Partir
Partir … ? Partir longuement ou momentanément et librement, assuré d'un retour, n’est que péripétie touristique. Mais, quitter son pays à jamais, c’est mourir ou sombrer dans un rêve et chercher le sommeil. Le voyageur passera les frontières, les douanes sûrement mais finalement devant le gardien du seuil difficilement, celui des passages entre les mondes, hors du temps et de l'espace. Partir ainsi, c'est re-naître après avoir abandonné toute chose matérielle et ses souvenirs.

Le bateau vient de lâcher ses amarres. Sur le pont, le voyageur vers l’infini aperçoit une ultime fois les dernières maisons du rivage. Elles sombrent peu à peu dans la confusion de l’horizon et du ciel. L’album de la vie se referme sur cette image. Scintillent alors les souvenirs comme naissent les étoiles confondues aux lueurs des phares au seuil de la  nuit tombée discrètement. Le temps dévoreur achève son ouvrage: l’espace  disparait irrémédiablement.

Dans le désert de la traversée, les souvenirs cherchent éperdument à reprendre corps comme les sirènes celui des hommes, par leurs chants ou par leurs enchantements: c'est le combat de l’âme. S’installe la nostalgie et la mélancolie, puis la tristesse et peut-être la détresse ? La houle de l’angoisse envahit le cœur qui n’imagine aucune autre vie dans d’autres temps.

Voici l'Aurore avec la nouvelle vie préparée dans le secret de la nuit. Les premières douleurs de la re-naissance encouragent la poursuite du chemin. Voici Midi ! Un optimisme exagéré anime le voyageur mais,  quand le soleil faibli, la fatigue revient et réapparaît le doute. Ainsi de nombreuses autres nouvelles nuits éprouveront le voyageur dans sa pérégrination, avant qu'un temps nouveau  retrouve un  nouvel espace.